Au fil du temps...

samedi 31 octobre 2015

[Interblog n°1] - Quel impact des cyclones tropicaux sur la météorologie européenne ?




Intempéries liées à l’ex-ouragan Katia (septembre 2011,RU) - The Guardian

Cet article participe à l’événement « L’interblog Météo » sur le sujet « Les impacts des cyclones tropicaux sur la météo européenne » organisé par Pierre du blog Le Guide Météo.

 Chaque année, officiellement entre le 1er juin et le 30 novembre, la saison cyclonique se manifeste dans le bassin Atlantique. Baptisés « ouragans » sur cette zone, ces phénomènes  tropicaux figurent parmi les plus violents au monde (classés en fonction de leur intensité avec l’échelle de Saffir-Simpson).



Nomenclature des cyclones en Atlantique entre 1985-2005 - Wikipedia


Sur la carte ci-dessus, on remarque qu’une faible proportion des cyclones recensés finit  leur course sur les côtes européennes du Portugal à l’Islande. Quel impact pour ces cyclones sur le temps observé en Europe ? C’est à cette question que nous tenterons de répondre dans cet article.


I)            La transition extratropicale (cas de l’interaction avec la zone barocline)


v Le phénomène

Cette possibilité concerne  la moitié des dépressions tropicales qui finissent leur course à proximité de l’Europe. Lorsqu’une  dépression tropicale (cyclone ou ex-cyclone) remonte en direction du Nord ou du Nord-Ouest, celle-ci diminue peu à peu en intensité. Cependant, le vrai changement dans la dynamique de la dépression intervient lorsque celle-ci entre en interaction avec une « anomalie d’altitude » : le contact de celle-ci avec « l’anomalie de surface » de la dépression tropicale entraîne le refroidissement du « cœur » de la dépression qui perd ses caractéristiques tropicales. Parallèlement, cette transition entraîne un processus de cyclogénèse qui provoque un creusement prononcé de ladite dépression avant un passage à un comblement progressif 24 à 48h plus tard (cyclogénolyse).


v Les conséquences en Europe

Dans la plupart des cas, cette transition survient au milieu de l’océan Atlantique et les conséquences sont minimes en Europe. Cependant, il arrive que cette transition se produise à proximité du Royaume-Uni. Quand cela survient, les conséquences sont celles d’une tempête extra-tropicale classique (appelée aussi tempête hivernale) avec de forts vents accompagnés de précipitations (abondantes compte-tenu de l’apport en air tropical).

  • Cas de Katia (ex cat.4) (1ère décade de septembre 2011) :


Transition extra-tropicale de Katia et impact sur le Royaume-Uni - Meteociel


Dégâts liés aux vents en Ecosse – Le Guardian



II)            L’isolement en cut-off

v Le phénomène

Cette transformation est plus lente que l’interaction avec la zone barocline car elle nécessite le fait que le système cyclonique circule loin de la « zone barocline » mais elle est bien plus simple. Dans ce cas-là, les conditions sur l’océan Atlantique, moins favorables que dans les Caraïbes, entraînent l’affaiblissement régulier du système tropical. Cependant, cet affaiblissement est lent et les « restes » du système qui arrivent par la Péninsule Ibérique possèdent encore beaucoup d’énergie. Ce type d’approche européenne se produit souvent lorsque les hautes latitudes sont soumises  à un blocage anticyclonique, inhibant totalement les interactions possibles entre le système et les dépressions polaires (dites synoptiques). La transition extratropicale intervient dans ce cas-là, dans des zones parfois très proches de l’Europe.

v Les conséquences

Ce type de système tropical frappe en priorité le Sud-Ouest de l’Europe : la Péninsule Ibérique, en arrivant par les Açores. On recense de nombreux ex-cyclones qui ont finit leur course de cette manière, parfois même en débordant largement  vers l’Europe Centrale.

  • Cas de Joaquin (ex cat.4), 1ère quinzaine d’octobre 2015 :


En témoigne sa trajectoire relativement rectiligne sur l’océan, le cyclone Joaquin n’a pas connu de transition extratropicale et s’est échoué, en partie comblé, sur le Portugal :

















Ce système n’a pas provoqué d’intempéries suffisamment importantes pour provoquer des dégâts. Cependant, ce n’est pas le cas de tous les ex-cyclones qui suivent cette voie là. De nombreux exemples attestent d’un potentiel danger dans cette zone (Gordon en 2006, Jeanne et Bob en 1998…)

III)            Cas étonnant : le cyclone Vince en 2005, né aux Açores.















Ce cyclone fût sans doute l’un des plus difficiles à prévoir. En effet, dans la journée du 8 octobre 2005, le système acquière des caractéristiques identiques aux systèmes tropicaux au-dessus d’une eau à 24°C. Cœur chaud et œil. Pas de doute, un véritable cyclone se développe aux Açores. Le NHC (National Hurricane Center) décide de le nommer Vince. Ce système réussira à atteindre la catégorie 1 de l’échelle de Saffir-Simpson avant de s’affaiblir rapidement en touchant l’Espagne. Cependant, ce système a marqué les esprits car mis à part Grace en 2009 (tempête tropicale qui s’est formée au milieu de l’Atlantique) et Nadine en 2012 (système de très longue longévité mais stationnaire dans l’océan Atlantique), ce système est le seul à s’être véritablement formé aux portes de l’Europe. On peut ainsi raisonnablement penser qu’un réchauffement des eaux de l’océan Atlantique à la latitude des Açores risque d’augmenter la probabilité d’occurrence de systèmes tropicaux dans cette zone avec la Péninsule Ibérique en ligne de mire, voire également le Sud de la France ou le Maroc.


En conclusion, les côtes Nord-européennes sont souvent touchées par des systèmes ayant subi une transition extratropicale en interaction avec la zone barocline. Les côtes du Portugal et de l’Espagne, elles, subissent plus rarement des résidus de dépression extratropicale mais le cas de Vince en 2005 a montré que les conditions pouvaient devenir favorable à la formation de systèmes tropicaux.



Pour finir, je vous rappelle que cet article fait partie de l’interblog Météo « Les impacts des cyclones tropicaux sur la météo européenne ». Allez donc vite lire les autres articles présentés par les autres participants :

  • Info Météo Belgique (Yves) : Article à venir

Sources :
Enregistrer un commentaire